ACCUEIL >> Actualités >> Pat Barnard - Brive: un nouveau challenge!
Document sans nom
Journee Championnat
  • Derniere
  • Prochaine
Biarritz
19
-
13
Brive
Castres
22
-
15
Montpellier
Grenoble
21
-
21
Bayonne
Oyonnax
19
-
19
Toulouse
Stade Français
37
-
23
Bordx-Bègles
Perpignan
31
-
46
Toulon
Métro-RCF
22
-
6
Montferrand
Brive
-
Oyonnax
Bayonne
-
Castres
Bordeaux-Bègles
-
Biarritz
Montferrand
-
Perpignan
Montpellier
-
Métro-RCF
Toulon
-
St Français
Toulouse
-
Grenoble
Classement
  • Top 14
  • Amlin Cup
#
club
pts
jeu
ga
1.
Toulon
73
25
205
2.
Montpellier
71
25
111
3.
Montferrand
69
25
156
4.
Métro-RCF
69
25
45
9.
Brive
57
25
-5
#
club
pts
jeu
ga
1.
Newcastle
14
4
31
2.
Brive
14
4
23
3.
Bucarest
6
4
5
4.
Calvisano
2
4
-59
Document sans nom

Inscrivez-vous à notre newsletter

* Champs obligatoires
Pat Barnard - Brive: un nouveau challenge!
Parmi les nouveaux arrivés du CA Brive, le pilier sud-africain Pat Barnard. Découvrez-le à travers ces quelques questions.

Pourquoi avoir choisi de venir jouer en France ?
J’ai beaucoup apprécié d’évoluer dans le championnat anglais pendant 4 saisons, mais j’avais besoin de changement. Et puis la météo est franchement meilleure ici ! (rires) Sérieusement, Brive représente un nouveau challenge dans ma carrière. Je suis le genre de personne à aimer les défis. Cela commençait à bien marcher pour moi Outre-Manche, mais j’ai choisi de partir pour découvrir autre chose.

á votre avis, en quoi le rugby sud-africain est-il différent de celui pratiqué en Europe ?
Je dirais que la première différence tient au temps : en Afrique du Sud, pas d’humidité ni de boue donc le jeu est beaucoup plus rapide et sollicite beaucoup les arrières. Le jeu est plus propre, les joueurs commettent moins d’erreurs. Alors que mon expérience en Angleterre m’a montré que dans la boue et le froid, les avants se doivent d’être physiquement plus présents. Nous sommes beaucoup plus impliqués dans le jeu. Je préfère ce rugby car les piliers sont partie prenante de la rencontre. Mais je pense que je vais également en apprendre encore beaucoup en France.

Avez-vous toujours souhaité devenir joueur professionnel ?
Oui et non ! Quand j’étais petit, oui, c’était mon grand rêve. J’ai beaucoup travaillé pour ça mais je n’ai jamais vraiment réussi à concrétiser ce rêve car je viens d’une petite ville et j’ai grandi dans une petite école où je n’ai pas eu l’occasion de me faire repérer. Donc j’ai continué mes études et je suis parti à l’université de Stellenbosch. J’y suis allé pour obtenir un diplôme, mais je suis devenu joueur professionnel ! Là-bas, tout s’est accéléré pour moi et en deux ans, ma vie a changé. Le Cap est comme le Sud-Ouest ici : la culture rugby y est forte, les gens aiment le bon vin et bien manger.

Quel est votre meilleur souvenir de joueur jusque-là ?
En fait j’en ai deux : le premier est d’avoir remporté la coupe du monde avec les Springboks U21, lors de laquelle j’ai été élu meilleur joueur de la compétition. Le second est d’avoir gagné le championnat avec les Wasps.

Et le pire ?
Ma blessure au genou. J’ai subi une rupture des ligaments. J’ai été éloigné des terrains un long moment.

Que faites-vous de votre temps libre ?
Je joue au golf. Je me consacre aussi à mon diplôme de psychologie, que je prépare par correspondance. Et je passe du temps avec mon petit garçon.

    partager
  • Facebook
  • Twitter
  • Wikio
  • Digg
  • Scoopeo
  • Technorati
  • myspace
| 10.07.2009 | 11:36
proG multimédia | créateur de sites internet

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d'Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash